Explos Film Festival 2014

Explos Film Festival 
LE TEASER 2014 EST ARRIVE !!

à déguster sans modération et à partager sur vos profils sociaux car vous êtes les meilleurs ambassadeurs du festival.
à bientôt à Ax les Thermes !

Création : Rush n Touch | http://www.rushntouch.com/
Musique : hal Moon Run – Full Circle |  https://www.facebook.com/halfmoonrun


Un petit mot pour une grande aventure

Posted by on Août 3, 2013 in Publications, Spéléo | No Comments

Le récit de clients sur une belle journée de découverte de la spéléo sportive avec moi.

Un petit mot pour une grande aventure…

PhilB--9577

« Ces premières vacances dans les Pyrénées avaient été placées très clairement sous le signe de l’effort physique…L’important c’est de participer comme disait Pierrot (ndlr : De Courbertin). Après la randonnée, le vélo jusqu’au plateau de Beille, la pétanque et la pêche (l’une des quatre mentions précédentes n’est pas un sport, cherchez l’erreur !), je cède aux sirènes de mes deux acolytes (Max et Quentin) pour une initiation de spéléologie…Ca promet !

Nous commençons alors le mercredi soir avec Rod pour l’horizontale et le jeudi avec Phil pour la verticale. En appelant le Bureau des Guides j’avais au préalable demandé un trip un peu sportif puisqu’il s’agit du thème de la semaine…
Je ne fus pas déçu !

Arrivé le jeudi matin, RDV avec Phil au café de Vicdessos. Problème : étant un pur produit parisien difficile de trouver le café anonyme de cette jolie bourgade. J’apprendrai plus tard qu’il n’y a en fait qu’un café.
Bref nous retrouvons notre joyeux guide avec un peu de retard et partons pour l’étang de Lers à la découverte du gouffre Georges.
Nous voilà équipés pour ce voyage au centre de la terre. A l’entrée du gouffre la bouche est fermée par une trappe en fer. Phil l’ouvre pour nous faire sentir le courant d’air…effet garanti, décoiffant et vivifiant (13°c) !

Briefing sur la descente. Visiblement le descendeur est un instrument pas trop compliqué ça devrait le faire.
Nous voilà donc parti la fleur au fusil pour un voyage d’une petite journée, bien loin d’imaginer les péripéties qui nous attendent…Engagez-vous qu’ils disaient !
La descente commence et le gouffre se découvre au fur et à mesure. Enchaînement de salles impressionnantes, d’éboulis gigantesques, on sentirait presque la puissance de la roche au dessus de nous. Une véritable atmosphère de cathédrale !

Pour ceux qui cherchent un logement le descriptif pourrait se faire en ces termes :
Souplex x pièces, beaux volumes (exploitation des combles possibles), au calme et bien isolé. Sans ascenseur. Travaux à prévoir. Visite possible de 11h à 21h.
Trêve de plaisanterie pour le moment on fait les malins mais ce que l’on descend devra être remonté (angoisse ? appréhension ? pas encore !) et nous arrivons à notre premier arrêt, la salle de la famine…Rassurant !
Motivés comme jamais et mis en confiance par l’excellent Phil nous continuons.
Quelques heures ? Minutes ? plus tard (difficile sous terre d’appréhender le temps qui passe) nos horloges biologiques nous ramènent les pieds sous terre : on casserait bien la croûte ! Après moultes rappels (dont un de 30 mètres !) et quelques exercices d’équilibriste le lieu du pique-nique s’impose à nous, ce sera au bord de la rivière souterraine. Eau fraîche à volonté.

En prime nous aurons même le petit café qui va bien pour clore ce repas. Que demande le peuple ?

Toujours intactes après cette longue descente, l’enthousiasme et la motivation de l’équipe nous pousse à aller encore plus loin. On m’avait parlé de -400 mètres, étant un fervent jusqu’au-boutiste, on ne va pas s’arrêter en si bon chemin…
La descente continue donc et l’on traverse de superbes salles aux volumes gigantesques. Moi qui pensait que l’on se sentait à l’étroit en spéléo…
-400 mètres ! C’est bon c’est gagné ! Si j’avais amené un drapeau je l’aurais planté sur place… Photos et tout le tralala après tout on l’a bien mérité.
Et puis vient le temps de la remontée. Aïe !

Phil : « Alors c’est pas très compliqué… »

Première étape :
Assis sur le baudrier, en tension donc sur le croll, je mets le pied gauche dans la pédale, le droit dans le bloqueur de pied et prend en main le bloqueur de poignée.

Etape 2 :
Je tire sur la poignée tout en poussant sur la pédale. En fait je passe de la position assise à la position debout. A ce moment c’est le bloqueur de poignée qui est en tension.

Etape 3 :
Je me mets assis sur le baudrier et je pousse le bloqueur de poignée vers le haut (penser à lever le pied en même temps). Je suis alors en tension sur le bloqueur de poitrine.

Etape 4 :
J’ai fini le cycle précédent, j’entame le cycle suivant en reprenant à l’étape 2.

Et bien la seule chose qui est claire ce que je n’ai rien compris. Existe-t-il un mal des profondeurs comme en plongée sous-marine ?
Bref descendre c’était bien mais la remontée s’annonce plus compliquée. Première ascension…une catastrophe…d’autant plus que mon baudrier me scie la cuisse. Sans se départir de son calme surnaturel (caractéristique de l’homo cavernus ?) Phil me prête gentiment son harnais et récupère le mien. Ouf ça va mieux !

Retour sur le lieu du déjeuner. Tiens ! Si on prenait une photo pour fêter ça
Et là c’est le drame…qui a l’appareil ? Il a du rester à -400 mètres…
Tant pis pour lui ! Nous continuons la remontée avec pour ma part, contrarié par la perte de l’appareil photo, une petite baisse de moral.

Viens la difficulté principale, le fameux rappel d’une trentaine de mètres qu’il faut maintenant faire dans l’autre sens !
Suspendu dans le vide le groupe passe sans difficulté et en toute sécurité grâce à Phil qui doit être un cousin de Batman ! Au passage quelle sensation géniale que de d’être suspendu dans le vide assis dans un fauteuil…pardon harnais !
J’ai adoré.

Cette remontée continue et commence à être longue… Dis Phil c’est quand qu’on arrive !? Quelle heure est-il au fait ? Perso je parie sur 17h30.
Phil dira :…plus tard je pense…
Salle de la famine…puis les halls de cathédrale…les éboulis…ça sent bon !
Dernière remontée et nous voici à l’air libre. Bizarre on dirait la tombée de la nuit…
En effet il est 21h, ça fait 10 heures que nous sommes partis !
Ravis et exténués…vivement les courbatures qui s’annoncent pour les prochains jours nous reprenons la route après cette incroyable incursion dans le gouffre.

En conclusion, nous voulions faire de la spéléo en Ariège pour découvrir cette activité. Ce qui est sûr ce que l’on a été servi. Rod et Phil ont tout simplement été géniaux
Mention particulière à Phil qui nous a supportés pendant 10 heures, qui s’est montré attentif, patient et rassurant. Je me demande même s’il était fatigué à la fin…

Quand à nous…on avait parlé d’une initiation non ? J’ai du mal à imaginer ce que doit être la vraie spéléo, ce qui est sûr ce que j’y reviendrai !  »

PhilB--

Stage Autonomie Spéléo Verticale

Posted by on Juin 14, 2013 in Spéléo, Stages | No Comments

Le stage d’autonomie « spéléo verticale »
la base de l’apprentissage

Vous êtes curieux, vous avez un esprit d’aventurier ?
vous souhaitez vous confronter à l’inconnu ?
La spéléo est faite pour vous.

phil-benceLes grottes et gouffres sont un monde à part, un monde à la fois fascinant et effrayant, beau et exigeant.
Vous souhaitez apprendre à mieux le connaitre, apprendre les techniques de l’équipement et de la progression sur corde pour y évoluer en sécurité afin de profiter de ses plaisirs.

Je vous propose de partager mes compétences et mon expérience afin de vous transmettre les clés de cet univers à part.

> Objectifs du stage autonomie

Vous donner l’envie et les moyens d’être autonome sous terre,
Vous transmettre les apports théoriques nécessaires,
Vous accompagner en sécurité jusqu’à vos premières « classiques »,
Vous faire partager un peu de ma passion

> Déroulement de votre stage (3 jours)

  • 1 journée d’apprentissage technique de progression sur corde et bases de l’équipement,
  • 1 journée d’équipement et découverte du milieu
  • Soirée audiovisuelle pour partager mes expéditions
  • Les cours théoriques nécessaires à votre formation.
  • Le dernier jour : premières grandes classique en autonomie ( jusqu’à  400 m de profondeur) sous la surveillance de votre moniteur.

> C’est pour qui ?

Toute personne désirant connaitre la spéléologie sportive.
Une condition physique minimum est nécessaire mais contrairement aux idées reçus la spéléologie n’est pas réservée aux moins de 70 kg !
Nous choisirons des cavités sans passages étroits sélectifs.

> Encadrement

Le stage est prévu pour un nombre de 2 personnes.

> Tarifs

  • 400 euros avec votre propre matériel individuel
  • 500 euros matériel fourni
    Ce tarif comprend l’encadrement, tout le matériel technique personnel et collectif aux normes, l’assurance RC Pro.

> Votre moniteur

Phil BenceSpéléologue passionné, je pratique cette activité depuis plus de 25 ans
Je suis titulaire du Brevet d’état en Spéléologie (major de promotion) et en Escalade depuis 1996, ,
j’ai eu la chance de découvrir et participer à l’exploration de centaines de grottes et gouffres dans plus de 20 pays différents à travers le monde,
Ancien président de la Commission des Relations  et Expéditions Internationales de la Fédération française,
Membre actif du Spéléo Secours en tant que Chef d’équipe et ancien Conseiller Technique auprès de la Préfecture.
Je suis membre du Team PETZL international et je participe à l’élaboration de nouveau produits techniques,
Initiateur du projet Immersion au gouffre Berger avec les grimpeurs du team, une initiation à 1100 mètres de profondeur !
Initiateur et cameraman du film de l’expédition Wowo en Papouasie Nouvelle Guinée
Initiateur de l’expédition et du film Wara Kalap en Papouasie
Réalisateur du film First Steps, expédition en Birmanie.
Inventeur du nœud fusion validé et utilisé dans les formations professionnelles et fédérales,
Formateur CQP cordiste
Co-auteur du Spéléoguide Ariège Pyrénées, je connais toutes les cavités importantes du département.
Je suis aussi photographe reconnu du monde souterrain, voir mon site photo.

Plus d’infos sur ma page Petzl
Mes réalisations

> Dates

A définir ensembles

> Contact

Pour toute question, demande d’info ou réservation, envoyez moi un Email

Pour l’hébergement plusieurs options sont possibles selon votre budget, à définir lors de votre inscription.

A bientôt !
Phil

_MG_4404 IMG_1423 IMG_1116

Découverte spéléo

Posted by on Sep 19, 2012 in Spéléo, Vidéo | No Comments

En juillet nous avons tournés un reportage pour l’émission « Prenez l’air » sur la chaîne Voyages.
La spéléologie est une activité très riche avec plusieurs facettes, nous avons voulu montrer ici le côté accessible et convivial.
Merci aux participants :Nathalie, Shara, Patrick, Joann
Images Joann Charlet – Réalisation Rush’n Touch

Explos Film Festival, le journal 2012

La 5° édition du festival a eu lieu du 16 au 20 mai à Ax les Thermes.
Voici le journal vidéo, è mn pour voir ou revivre quelques moments choisis de cette édition.
Merci à toutes et tous de votre participation et à l’an prochain pour la 6° du festival Explos.
Un rendez-vous pour découvrir, partager et aller plus loin ensembles !

Images et montage : Elsa Deshors

Explos Film Festival, le Teaser 2012 is online !



Réalisation : Bertrand Delapierre – Musique : Ekoman

92 dias en el Pirineo – Explos Film Festival 2012

Posted by on Avr 4, 2012 in Montagne, Vidéo, Voyage | One Comment

DIMANCHE 20 MAI après-midi, séance GRATUITE

Le 10 Septembre 2010, trois jeunes arrivent à la plage d’Hendaye. Ils portent un gros sac à dos et des grosses chaussures de montagne. Ils se baladent entre touristes et surfeurs. Isaac, Jordi et Lluc arrivent de la méditerranée après 92 jours dans les Pyrénées. 92 jours de marche et de grimpe, partagés avec les amis et la famille.

« Trois mois ? Et vous avez fait quoi tant de temps dans les Pyrénées ? » C’est la question que tous nos amis basques nous posent… et la réponse est facile : on a traversé les Pyrénées, de Banyuls à Hendaye, en grimpant les voies les plus emblématiques du pyrénéisme classique! Si l’on le dit comme ça, et maintenant qu’on a fini, ça parait facile…

Dans la Dent – Explos Film Festival 2012

Posted by on Avr 2, 2012 in Manifestations, Spéléo, Vidéo | One Comment

SAMEDI 19 MAI après-midi :
Clémentine propose à trois copines une véritable exploration spéléologique : suivre le trajet de l’eau à travers la montagne, depuis le sommet jusqu’à sa réapparition au Soleil. Le trajet souterrain envisagé n’a jamais été réalisé. C’est une véritable première qui est tentée ici. Le film retrace le fondement, voir l’intime de cette aventure à la fois physique et humaine qui nécessite endurance, intelligence et esprit de solidarité. Elles descendent depuis le point culminant de la Dent de Crolles, sommet envoûtant, par le gouffre Bob Vouay ­jusqu’à la source du Guiers-Mort située 700 mètres en contrebas. Dès le premier obstacle, une fois la corde rappelée, les jeunes femmes n’ont plus d’autres choix que de poursuivre vers la sortie…
Réalisation : Serge Caillault, Guy Ferrando, Pascal groseil – 2011

Explos Festival – Concours vidéo amateur 2012

Le concours 2012 est lancé !

Découvrez les réalisations des participants et votez pour celle de votre choix.


« Magie noire » – première dans le « Trou noir » du Valier

Posted by on Oct 21, 2011 in Escalade | One Comment

Dans les années 90, c’est le boum de l’escalade dans le pays du Couserans et l’apogée du club de Saint Girons : « Els Grimpayres ».
Deux membres actifs, Pascal Darrieu et Jean-Paul Pujol décident d’ouvrir une voie dans la célèbre face Est du Mont Valier nommée le  »Trou Noir ».
Le
15 Septembre 1957, cette face austère fut le théâtre tragique d’un accident qui couta la vie à Daniel Tourte et ses compagnons qui tentaient de percer le secret de cette paroi surplombante.
La première ascension de la face Est, classée TD  » Très Difficile  » a été réussie par Louis Audoubert les 29 et 30 Septembre 1971.
L’escalade de cette voie se déroule sur la partie droite de la face et alterne entre herbe et rocher, le fameux mélange dont seule l’Ariège a la recette : le mixte ariégeois !

Pascal et Jean-Paul armés d’un perforateur et de goujons à expansions se lancent dans le projet d’équiper une voie nouvelle, directe en passant par le goulet du bas. La moitié de la voie est équipée ; mais, dure entreprise… Puis, dans un deuxième temps ils passent par le sommet et à l’aide de cordes statiques de 200 mètres, ils finissent l’équipement des grandes verticales du haut de la grande paroi. C’est au prix de plusieurs visites et d’un dur labeur que les deux copains achèvent la ‘directe du célèbre trou noir. Malheureusement, pour plusieurs raisons, ils ne grimperont jamais la voie en entier et cette dernière tombera dans l’oubli…
Depuis mon plus jeune âge, j’arpente les montagnes du Couserans avec mes parents. Cela fait plus de 10 ans qu’avec mon père, nous ouvrons des itinéraires en glace et rocher sur les parois couserannaises qui ne se révèlent qu’après plusieurs heures  de marche parfois harassante. Pour nous, l’escalade du « Trou noir » paraissait autant inenviseageable qu’attirante.

Il y a quelques années, en parlant avec Pascal qui habite Rimont, le village familial, nous apprenons l’existence de cette voie. Pascal s’est depuis détourné de l’escalade mais il nous donne le topo et l’autorisation de réequiper la voie si nécessaire.
Avec l’été indien qui s’est installé depuis le début du moi de Septembre 2011, mon père et moi, décidons d’aller enfin rendre visite à cette face intimidante !

Lors de notre première tentative, nous mesurons l’ampleur de la tâche qui nous attend. Le socle de la face est un entonnoir qui collecte les chutes de glace et de rochers l’hiver venu. Beaucoup de points ont disparu et les relais sont arrachés. De plus, nous attaquons par la base du goulet qui réserve une escalade aquatique !
Aussi, ce week-end d’Octobre, nous décidons, pour gagner du temps d’attaquer par la voie Audoubert et ses pentes d’herbe à 60°, crampons/piolet de rigueur !
Durant toute la journée, je rajoute des points là où l’escalade me semple exposée et je renforce les relais. La nuit nous cueille
au niveau de L10 où une vire providentielle dans cette paroi verticale nous accueille pour la fraiche nuit à venir. Après ces heures inoubliables passées à contempler les lumières de Guzet, la sortie au sommet vers 13h nous comble de bonheur. Le rêve fou a pris vie.
Nous espérons que cette voie ne retombera pas dans l’oubli, je me suis permis de la nommer « Magie Noire« , j’espère que Pascal et Jean-Paul ne m’en tiendront pas rigueur. L’obligatoire est à 5c mais il ne faut pas perdre de vue que c’est une voie d’envergure, que les passages dans l’herbe raide interdisent de tomber et que les points dans le socle peuvent avoir disparu d’une année sur l’autre ! Aussi, il est fortement conseillé d’amener un petit jeu de pitons
variés au cas où, des plaquettes de 10mm et une clé pour revisser les goujons de 10.

Jean Noyès