« Magie noire » – première dans le « Trou noir » du Valier

Posted by on Oct 21, 2011 in Escalade | One Comment

Dans les années 90, c’est le boum de l’escalade dans le pays du Couserans et l’apogée du club de Saint Girons : « Els Grimpayres ».
Deux membres actifs, Pascal Darrieu et Jean-Paul Pujol décident d’ouvrir une voie dans la célèbre face Est du Mont Valier nommée le  »Trou Noir ».
Le
15 Septembre 1957, cette face austère fut le théâtre tragique d’un accident qui couta la vie à Daniel Tourte et ses compagnons qui tentaient de percer le secret de cette paroi surplombante.
La première ascension de la face Est, classée TD  » Très Difficile  » a été réussie par Louis Audoubert les 29 et 30 Septembre 1971.
L’escalade de cette voie se déroule sur la partie droite de la face et alterne entre herbe et rocher, le fameux mélange dont seule l’Ariège a la recette : le mixte ariégeois !

Pascal et Jean-Paul armés d’un perforateur et de goujons à expansions se lancent dans le projet d’équiper une voie nouvelle, directe en passant par le goulet du bas. La moitié de la voie est équipée ; mais, dure entreprise… Puis, dans un deuxième temps ils passent par le sommet et à l’aide de cordes statiques de 200 mètres, ils finissent l’équipement des grandes verticales du haut de la grande paroi. C’est au prix de plusieurs visites et d’un dur labeur que les deux copains achèvent la ‘directe du célèbre trou noir. Malheureusement, pour plusieurs raisons, ils ne grimperont jamais la voie en entier et cette dernière tombera dans l’oubli…
Depuis mon plus jeune âge, j’arpente les montagnes du Couserans avec mes parents. Cela fait plus de 10 ans qu’avec mon père, nous ouvrons des itinéraires en glace et rocher sur les parois couserannaises qui ne se révèlent qu’après plusieurs heures  de marche parfois harassante. Pour nous, l’escalade du « Trou noir » paraissait autant inenviseageable qu’attirante.

Il y a quelques années, en parlant avec Pascal qui habite Rimont, le village familial, nous apprenons l’existence de cette voie. Pascal s’est depuis détourné de l’escalade mais il nous donne le topo et l’autorisation de réequiper la voie si nécessaire.
Avec l’été indien qui s’est installé depuis le début du moi de Septembre 2011, mon père et moi, décidons d’aller enfin rendre visite à cette face intimidante !

Lors de notre première tentative, nous mesurons l’ampleur de la tâche qui nous attend. Le socle de la face est un entonnoir qui collecte les chutes de glace et de rochers l’hiver venu. Beaucoup de points ont disparu et les relais sont arrachés. De plus, nous attaquons par la base du goulet qui réserve une escalade aquatique !
Aussi, ce week-end d’Octobre, nous décidons, pour gagner du temps d’attaquer par la voie Audoubert et ses pentes d’herbe à 60°, crampons/piolet de rigueur !
Durant toute la journée, je rajoute des points là où l’escalade me semple exposée et je renforce les relais. La nuit nous cueille
au niveau de L10 où une vire providentielle dans cette paroi verticale nous accueille pour la fraiche nuit à venir. Après ces heures inoubliables passées à contempler les lumières de Guzet, la sortie au sommet vers 13h nous comble de bonheur. Le rêve fou a pris vie.
Nous espérons que cette voie ne retombera pas dans l’oubli, je me suis permis de la nommer « Magie Noire« , j’espère que Pascal et Jean-Paul ne m’en tiendront pas rigueur. L’obligatoire est à 5c mais il ne faut pas perdre de vue que c’est une voie d’envergure, que les passages dans l’herbe raide interdisent de tomber et que les points dans le socle peuvent avoir disparu d’une année sur l’autre ! Aussi, il est fortement conseillé d’amener un petit jeu de pitons
variés au cas où, des plaquettes de 10mm et une clé pour revisser les goujons de 10.

Jean Noyès


1 comment

  1. TOURTE Pierre
    04/05/2015

    Bonsoir,
    Votre article a attiré toute mon attention et je me permets de rectifier une erreur; L’accident tragique a eu lieu le 1er septembre 1957 et la cordée était composée de Henri LACASSAGNE, Bernard CAZAUX et Daniel TOURTE. Tous les 3 ont donnés leur vie à leur passion. Le magazine « l’Ariègeois « a publié sur l’histoire du Vallier un article retraçant ces ascensions. Jo MARUTZZI a également retracé cette voie. Vous pouvez certainement le contacter par la Maison des Guides à CHAMONIX.
    Bien cordialement
    Pierre TOURTE

    Reply

Leave a Reply


Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.